Conseils - Aipim

Quelques conseils pour la création d'un book photo, notamment pour se protéger des "faux" tographes qui n'ont pas de visée artistique.



Avant la séance


- utiliser un pseudo

 - créer une adresse email "spéciale photo" qui ne donne pas de nom de famille. On peut relever les emails de cette boite via d'autres messageries.

- créer un book en ligne, je recommande bookfoto.com ou focale31.com en gratuit ou book.fr en payant. Ne pas hésiter a écrire votre email "photo" dans le texte de présentation, cela facilite les contacts.

- Le "photographe" vous tutoie des le premier contact? mettez un terme aux échanges, il est trop familier.

- une fois contacté(e), demander si vous pouvez venir accompagnée, ou proposer une rencontre dans un lieu public (café par exemple). En cas de refus, c'est louche.


- En cas de doute, poser des questions techniques: quel est votre appareil ? (si c'est un compact 1er prix... ), ou "quelle lumière utilisez vous"?

- Discuter des conditions de pose, voire du contrat (tout se négocie) : présence d'une maquilleuse, tierce personne...

- Si les limites vestimentaires ne sont pas précisées sur le contrat avant la séance (mode, lingerie, topless ...) le photographe a le droit de tout publier en l'état.


- Rémunérer un modèle est illégal si le modèle n'est pas pro (n'a pas de numero SIRET). C'est du travail "au noir". Par contre le photographe peut défrayer le modèle (transport, repas, maquillage, tenues si achetées à la demande du photographe...)


Pendant la séance


- on signe le contrat avant la séance et en deux exemplaires

- Si le studio ne dispose pas d'un espace change, partez. Même si les photos prévues sont déshabillées, ce n'est pas la me chose que de se changer en public.

- Un "ami" est la, et vous n’étiez pas courant?  danger!

- un photographe ne touche pas un modèle, sauf peut être après avoir demandé la permission. Et encore.

- Si une pose ou une tenue ne vous plaisent pas, refuser. Même si le contrat ne permet pas la diffusion des photos. Par exemple, si votre contrat ne prévoit pas de topless, refuser d'enlever le haut pour un thème "bijoux" sous prétexte que "ce sera recadré". Un bon photographe sait s'adapter aux contraintes, et une fois la photo faite, on peut avoir des surprise.

-Dans la même veine, une reformulation de la loi dit que:

       *  les photos sont la propriété du photographe

       * le photographe peut publier toute photo prise pendant le shoot si le contrat ne l'interdit pas expressément, car le modèle est conscient d’être pris en photo et a donne son accord.

       *  "l’exécution d'un contrat ne peut dépendre du seul bon vouloir de l'une des parties. La clause "je veux choisir les photos avant publications" est nulle. En effet, dans le cas extrême ou le modèle ne trouve aucune photo a son gout, le photographe aura travaille pour rien s'il n'a le droit de publier. Or il a rempli sa part du contrat.


=> le contrat ne spécifie pas d'exclusion pour de la lingerie, si le modèle accepte des photos lingerie, le photographe seul décide ou de la publication. Même si le modèle change d'avis.


Après la séance


- ne pas hesiter à relancer le photographe si des photos retouchées sont prévues.

- Il est courtois de la part du photographe de montrer les photos publiées en avant première au modèle. Mais pas obligatoire, le contrat définissant ce qui peut être publié.


Quelques liens externes:

http://www.youtube.com/watch?v=lQxkyVsjmMY   (par  http://www.yuliana.book.fr/ )

http://www.youtube.com/watch?v=TaHrY47EeAM  (idem)